Smog of Germania, Marianne Stern (Roman Steampunk)

Brouillard, amour et décadence dans une Allemagne fantasmée…

smog of germania, Marianne Stern, éditions du chat noir

Auteur : Marianne Stern (en savoir plus)

Editeur : Editions du chat Noir, Collection Black Steam

Année : 2015

Nombre de pages : 343p.

Résumé : Germania, début des années 1900, capitale du Reich. À sa tête, le Kaiser Wilhem, qui se préoccupe davantage de transformer sa cité en quelque chose de grandiose plutôt que de se pencher sur la guerre grondant le long de la frontière française – et pour cause : on dit qu’il n’a plus tous ses esprits. Un smog noir a envahi les rues suite à une industrialisation massive, au sein duquel les assassins sont à l’oeuvre. Une poursuite infernale s’engage dans les rues et les cieux de Germania le jour où la fille du Kaiser échappe de peu à une tentative de meurtre. Objectif : retrouver les commanditaires. La chose serait bien plus aisée s’il ne s’agissait pas en réalité d’un gigantesque complot, qui se développe dans l’ombre depuis trop longtemps.

Notre avis :

Une rupture avec le steampunk traditionnel londonien.

L’action se déroule dans une Allemagne fantasmée, régie par un Empereur fou et décadent dans une ville appelée Germania où il ne fait pas bon vivre. La forte industrialisation de la ville a conduit à sa pollution. Tellement importante qu’il est impossible de voir à travers les rues, de se promener sans masque. Les plus riches vivent cloîtrés dans des tours hautes pour se protéger de ce smog tandis que les plus pauvres doivent supporter cette pollution dans les bas-fonds. L’Empereur multiplie les constructions pour affirmer sa gloire sans se soucier du bien-être de ses habitants.  La ville pullule de guildes d’assassins, de trafiquants et de créateurs d’armes illicites. Le cimetière de la ville est géré par deux fossoyeurs portés sur les pires obscénités envers les cadavres. Le salut se trouve dans les airs avec l’armée de Zeppelins de l’Empereur (ou les pirates), naviguant au-dessus du smog, ou la campagne à des kilomètres de la capitale.

Viktoria, la fille de l’Empereur, n’hésite pas à visiter les bas-fonds la nuit pour se divertir, malgré les dangers. C’est elle qui va découvrir le complot cherchant à tuer l’empereur… et plus encore !

Une intrigue basée sur des personnages masculins

Si l’on peut éprouver de l’antipathie pour Viktoria, jeune fille capricieuse et naïve, l’intrigue est rattrapée par les personnages masculins, plus travaillés, apportant de la profondeur à l’histoire. Son frère Joachim, chassé par l’Empereur est un homme pragmatique et cherchant à récupérer son titre autant qu’à venger son frère assassiné par l’Empereur. Les jumeaux Maxwell et Jérémiah sont deux parfaits pirates ne cherchant qu’à récupérer leur liberté au prix du sang. Ils ont chacun une personnalité bien marquée : Maxwell montre un double visage moitié gentleman/moitié génie de la mécanique et Jérémiah d’aspect froid et repoussant cache un coeur tendre. Ce qui au départ semblait un roman à destination d’un public féminin s’avère pouvoir s’adresser aussi aux hommes. Un bon point pour l’auteur qui sort des conventions de romans steampunk féminins habituels.

Un peu de magie avec tout ça?

Dans cette histoire, les merveilles technologiques pullulent, nées de l’esprit de leur créateur suite à un don de naissance inexplicable : araignées mécaniques tueuses, souris renifleuses pour détecter des personnes, épingles de localisation, oeil mécanique avertissant du danger, dirigeable amélioré se transformant en nuage…

Les orfèvres ignorent d’où vient leur savoir. Ils créent de belles inventions par automatisme. Des génies en somme?

Mais quand il s’agit de réparer des humains, la mécanique a ses limites et c’est là qu’intervient la magie noire, la nécromancie. Jérémiah en a fait l’expérience :  suite à son décès prématuré, il a été transformé par son frère avec la magie. Mais il vit dans un corps à moitié mécanique ce qui lui a fait perdre son humanité.

Outre le fait de ramener les morts à la vie, on fait la connaissance d’un Nicolas Flamel sorcier, mi-homme, mi-serpent qui manipule un peu tout le monde pour parvenir à ses fins, ce qui ajoute du piment à l’histoire.

Amour macabre ou amour humanisant? 

L’histoire d’amour développée entre la princesse Viktoria et Jérémiah, son homme de main à moitié automate fait un peu frémir.

En dépit de son aspect horrible et de ses tâches macabres d’Exécuteur de l’Empereur, Jéremiah a du mal à accepter que Viktoria s’intéresse à lui. Il a aussi perdu en humanité avec l’ajout de ses parties mécaniques. Visiblement, Viktoria n’est pas rebutée par le physique déformé de l’homme-automate. Elle voit l’homme derrière la machine. Son amour humanise peu à peu Jérémiah, même s’il la repousse. Néanmoins, on peut considérer leur union comme un peu morbide car Jérémiah ne peut plus avoir d’enfants, son corps est mort.

[SPOILER] Un autre union morbide révélée à la toute fin du livre est celle de l’Empereur et de sa femme. Cette dernière est décédée des années auparavant et l’Empereur en a perdu la raison. Il lui a fait construire un mausolée dans lequel il va souvent se recueillir. On apprendra en toute fin, qu’il a fait appel à un orfèvre pour ramener le corps de son épouse à la vie, avec des artifices mécaniques et la nécromancie. Mais à la différence de Jérémiah, cette figure d’épouse s’est vue douée d’un esprit obéissant aveuglément à l’Empereur. Ce n’est plus la personne qu’elle était autrefois, tout juste un pantin.

En conclusion : Un roman qui propose une autre vision plus germanique du steampunk, basée sur les dangers de la démesure, la folie dirigeante et l’humanisation des hommes-robots.

Vous souhaitez acheter ce livre? Rendez-vous sur Amazon pour la version numérique ou sur le site des éditions du Chat Noir pour la version papier.

 

Ce contenu a été publié dans bibliothèque, littérature, Roman fantasy, avec comme mot(s)-clé(s) , , , , , , , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *